Vacances Réserver


Le terres di Lucrezia


Parcours de Ferrare à Cento - 42 km.

En partant du Château Estense et en passant par la rue Bologna puis à gauche par la rue Putinati, on passe par le Bourg de San Luca. Ensuite, on s'enfonce dans une campagne riche et intensément cultivée où se trouvait autrefois le marais.

A Torre Fossa, où s'élevait une fortification désormais disparue qui servait de guet pour la navigation intérieure, on tourne vers San Martino où, une fois passer devant l'élégante église paroissiale du XVIII° siècle, on arrive à une bifurcation. On tourne à droite et après avoir traversé la Nationale 255, on continue en prenant la rue Navigazione.

A droite, on aperçoit, entre les vergers et les maisons coloniales, la Torre dell'Uccellino datant du III° siècle qui servait de tour de guet de l'ancienne frontière entre Ferrare et Bologne. Ensuite, on tourne à droite dans la rue Imperiale, très longue artère presque rectiligne qui suit une frontière établie au début du XVI° siècle suite à un accord signé entre le Duc Ercole I° D'Este et le Sénat de Bologne. Rapidement, on arrive à Poggio Renatico.

La place principale est dominée par l'imposante église néo-gothique de San Michele, construite en 1907. Non loin, se dresse le Château des Lambertini (XV° -XVII° siècle) qui appartenait déjà aux seigneurs féodaux locaux et étant désormais siège de la Commune.

En direction de San Carlo, on traverse une campagne parsemée de fermes « à la bolognaise », dont la base est carrée avec des granges à arcades. A gauche, à quelques centaines de mètres de la route, on peut voir le mur vert de la digue du Reno. Après avoir parcouru quelques kilomètres, on tourne à gauche en direction de Chiesa Nuova et puis à droite vers Sant'Agostino.

Qui le souhaite, peut continuer quelques mètres jusqu'à la digue du fleuve, du haut de laquelle on domine la campagne cultivée de façon ordonnée d'un côté, et de l'autre les aires de franc-bord, riches en forêts. La digue n'est pas aménagée pour le parcours à vélo. Elle peut représenter quelques petites difficultés. et c'est pourquoi cette variante est conseillée à ceux qui disposent d'un équipement adéquat.

Le Village de Sant' Agostino est dominé par le haut clocher de l'église sur lequel le temps est marqué soit par une horloge soit par un cadran solaire. Non très loin, il y a la grande zone verte de la forêt de la Panfilia, connue pour la truffe blanche qui y pousse.

Dans le proche centre-ville de Dosso, les passionnées d'automobilisme pourront visiter le Centre Polyvalent Lamborghini, qui expose les voitures de la célèbre marque.

Poursuivant en direction de Buonacompra et de Cento, on entre dans les territoires qui sont restés liés au nom de Lucrezia Borgia car ils ont étés apportés en dot par la princesse à son troisième mari, Alfonso d'Este, prince héritier du Duché de Ferrare. Vers Pilastrello, on s'enfonce dans la campagne à la frontière entre Ferrare et Modène. SA droite, après avoir dépassé le complexe désormais en ruine de Torre Spada, ancienne demeure seigneuriale, on gagne la nationale aux environs de Corporeno dont l'église de San Giogio conserve des œuvres de valeur.

On rejoint Cento qui est un centre historique frontalier avec trois provinces. Vers la fin du XII° siècle, la ville dépendait de l'Evêque de Bologne, qui était toutefois largement autonome.

L'Institut de la «Partecipanza», système de subdivision de la terre par rotation né au Moyen-âge et survivant encore, témoigne de la liberté des habitants de Cento. En 1502, le Pape Alexandre VI Borgia, au cours des négociations pour le mariage entre sa fille Lucrèce Borgia et Alphonse d'Este, n'hésita pas à arracher Cento et la proche paroisse à l'Eglise Bolognaise pour les remettre à la famille Estense. Giovan Francesca Barbieri, un des maîtres de la peinture italienne, dit le « Guercino », naquit à Cento.







Be Social!

Media

Gallery
deltacommerce


Cookie's Policy