Vacances Réserver


Autour des lagunes


Parcours sur les rives des Vallées de Comacchio - 55 km chacun.

De l'extrémité sud du Lido de Spina, on parcourt la route qui longe la plage au bout de laquelle après avoir passé le pont sur le canal Logonovo, on se trouve au Lido degli Estensi où l'on prend à droite la piste cyclable qui mène derrière la plage. Sinon, en alternative, on poursuit tout droit tout en parcourant l'allée Carducci qui traverse le Lido sur toute sa longueur.

Au bout de la route, on arrive au ferry en état de marche sur le canal de Magnavacca, destiné au transport de personnes et de vélos. On arrive à Porto Garibaldi.

De Porto Garibaldi, tout en longeant le port de pêche et le canal navigable, on rejoint Comacchio, ville aux origines très anciennes, située au centre de vastes lagunes sur un groupe de treize petites îles. Le Pape et l'Empereur, les Ferrarais et les habitants de Ravenne se la disputaient la ville qui, en essayant de conquérir la paix, se soumis aux Estense en 1304 en liant ses destinées à celles de Ferrare. Le gouvernement estense appauvrit la population, en lui enlevant le contrôle des marais salins, les droits de pêche et d'exploitations des forêts; tandis que sous la période pontificale la situation économique connut quelques améliorations. Au XVII° et XVIII° siècles, les Alliés du Pape firent construire des églises et des monuments qui, encore aujourd'hui, donnent à la ville son aspect caractéristique. Au Xx° siècle les assainissements d'une bonne partie des marais l'ont unie à la terre ferme, mais son centre historique conserve intact son aspect d'origine et est traversé par un réseau de canaux dont les rives sont unies par des ponts en briques.

Il y a de nombreux monuments à voir: l'Eglise du Carmine, l'Eglise du Rosario, l'Eglise de Santa Maria dans Aula Regia, à laquelle est annexé le Musée Marial d'Art Sacré Contemporain, le Dôme de San Cassiano, la Loge des marchands, l'ancien hôpital de San Camillio, la galerie des Capucins et le Palais Bellini, centre culturel et d'exposition. Près de la Poissonnerie du XVII° , s'élève les célèbres Trois Ponts, symbole de la ville.

En sortant à l'ouest de Comacchio et en suivant la rue Spina en direction d'Ostellato et après 1 km, on prend la déviation sur le pont qui mène à Valle Pega, dont l'assainissement a été terminé seulement en 1957. On longe le canal Fattibello jusqu'à Casone Foce où il y la Musée des Marais. Il s'agit d'un point extrêmement suggestif, d'où Comacchio apparaît encore comme une ville lagunaire qui se détache sur l'horizon au milieu du bleu de ses marais.

On peut parcourir, à pied ou en bateau, un itinéraire entre eau et terre, dans un environnement très suggestif: outre la flore et la faune locale, on peut visiter des viviers et les «lavorieri» pour la capture de l'anguille.

À Casone Foce, on prend la petite route qui côtoie le marais sur le côté septentrional jusqu'à rejoindre le Marais Zavelea, une zone humide, aujourd'hui d'eau douce, reste d'une plus vaste aire de raban qui est aujourd'hui une oasis de protection de la faune. Ensuite, on continue le long de la route de Argine Agosta qui probablement calque le tracé de la route romaine qui reliait Ravenne et Adria. Du haut de la route, on jouit d'une vue extraordinaire sur les plus grands marais qui ont survécus aux bonifications (9.600 ha) qui semblent avoir ici la même immensité que la mer.

Juste avant d'arriver à Anita, on tourne à gauche et on rejoint rapidement la digue du Reno d'où l'on peut jouir d'une vue sur la longue péninsule de Boscoforte, aire naturaliste de toute première importance, formée par l'affleurement d'un cordon de dunes d'époque étrusque. A l'entrée de la péninsule de Boscoforte on continue sur le blanc chemin charretier qui passe sur la digue du Reno en observant sur la gauche le Marais du Lido Magnavacca.

Finalement, on arrive à la ferme restaurée qui accueillit Giuseppe Garibaldi alors que dans le marais, le long de la rive, s'étend une grande cannaie.

Plus avant, après avoir dépassé une ample boucle fluviale, on aperçoit à droite l'écluse du Reno alors qu'à gauche, le marais finit par des prés humides et maquis de tamarins et d'aubépines.

Pour retourner à Comacchio ou aux Lidi, il faut parcourir avec grande prudence un portion de la Route Nationale Romea.


Sujets reliées







Be Social!

Media

Gallery
deltacommerce


Cookie's Policy